STS, acteur unique en gestion des temps et paie transport

Etude de cas

STS, acteur unique en gestion des temps et paie transport

Cette étude de cas concerne la mise en place d'une solution d’analyse des données sociales et de gestions des temps dans une PME.

Avec la mise en place du chronotachygraphe la loi évolue et la réglementation devient de plus en plus contraignante pour les conducteurs routiers. Ainsi le législateur a introduit des effets de bord pour les véhicules encore équipés de disques papiers qui constituent un véritable casse-tête pour les entreprises ou les services de transport.

Les problèmes posés par le législateur et le chronotachygraphe

Le Règlement (CE) no 561/2006 du Parlement européen et du Conseil du 15 mars 2006 impose désormais au conducteur d’être en possession de ses disques chronotachygraphes de la journée en cours et des 28 jours précédents. Cette nouvelle contrainte pose un problème majeur pour le traitement des disques conducteurs en rallongeant sensiblement les délais de traitement, alors même que la mise en place progressive des chronotachygraphes électroniques offre de nouvelles perspectives pour traiter plus rapidement les temps de conduite des conducteurs.

Dans notre étude, l’entreprise de transport arrive à la conclusion que si rien n’est fait, d’une part nous allons accumuler 2 semaines de retard supplémentaires dans le traitement des données conducteurs, ce qui risque d’engendrer un deuxième mois de décalage dans les régularisations de salaire et d’autre part le fossé va se creuser avec les utilisateurs cartes électroniques pour lesquels des solutions de téléchargement à distance existent.

Objectifs : Réduire les délais et uniformiser les méthodes

Les objectifs de l’entreprise ont donc été clairement exprimés à STS, il s’agit de :

  1. Réduire les délais de traitement des disques papier tout en respectant la nouvelle loi des 28 jours,
  2. Uniformiser les méthodes de travail en appliquant les mêmes processus aux disques papier et aux cartes à puce.

La solution retenue : Service dumper disk et dumper box

Dumper box est un service qui permet de décharger les cartes conducteurs de manière simple et robuste. Pas besoin d’immobiliser un ordinateur, dumper box utilise un lecteur durci qui se connecte au réseau de l’entreprise et transmet les données sociales en mode sécurisé via internet aux serveurs STS. Les données sont ensuite analysées et traitées afin d’établir les prépaies, les paies et de publier de manière proactive les anomalies et les rapports sociaux sur le portail réservé aux clients.

Et comme les flottes de véhicules sont (et seront) encore hétérogènes, dumper disk est un service qui permet au conducteur, grâce à un ingénieux système de guidage, de scanner lui-même ses disques, dumper disk se chargeant de les transmettre automatiquement au siège de l’entreprise de la même façon que dumper box.

Particulièrement adaptés aux sites déportés et aux lieux semi publics sans présence administrative (salles chauffeurs, quais, entrepôts, …) ces deux nouveaux services, accessibles en 24H/24H, sont un concentré de simplicité, de robustesse et d’innovation.

Grâce à ces deux nouveaux services l’entreprise a pu équiper l’ensemble de ses agences d’un système de collecte adapté à la typologie et à l’organisation des conducteurs nomades, en complément des systèmes de collecte déjà en place dans les bureaux d’exploitation.

Des résultats à la hauteur : 48 heures chrono

Grâce à cette solution, les équipes de STS ont pu mettre en œuvre le traitement des données conducteurs avec un délai moyen de 48 heures et sans distinction entre les véhicules équipés d’ancien chronos ou de chronos numériques.

STS a ainsi pu répondre aux objectifs de l’entreprise qui visaient à améliorer la réactivité dans le traitement des données sociales et à uniformiser les méthodes de travail.

« Solution idéale pour les conducteurs déportés ou nomades, ces deux services arrivent à point nommé sur le marché dans la mesure où l’évolution de la réglementation sur l’obligation de conservation des données tachygraphes dans le véhicule devient de plus en plus un casse tête pour les entreprises de transport (déjà passée de 1 à 2 semaines + la semaine en cours et allongée à 28 + 1 jours au 1er janvier 2008) » souligne Marc Champenier, Directeur associé chez STS.